Bateaux.com Yacht-Club.com BoatIndustry.com Ports de plaisance Fiches bateaux EmploiBateau.com
BoatIndustry.com
Magazine des professionnels du nautisme

Quelle stratégie de développement pour le Dream Boat Club ?

Dream Yacht Charter, le leader mondial de la location de bateaux, a annoncé l'accélération du développement de son offre de boat club. BoatIndustry a interrogé son président Loïc Bonnet sur les objectifs, les aspects techniques et la stratégie du groupe sur ce secteur en développement.

Le

Rachats de Boat Club de France et partenariat avec Zodiac

Démarrée discrètement en juillet 2018 avec 3 bases méditerranéennes, l'activité de boat club de Dream Yacht Charter marque une sérieuse accélération. Le groupe, leader mondial sur le segment traditionnel de la location de bateaux, a annoncé simultanément le rachat du Boat Club de France fondé par Bruno Voisard, un partenariat avec Zodiac Nautic pour équiper la flotte de semi-rigides et le lancement des Dream Boat Club sur le marché américain. Pour piloter ce dernier développement, l'entreprise a recruté David Aldrich, passé avant par Freedom Boat Club et Bénéteau USA.

Construction du réseau Dream Boat Club

Comme il l'a fait sur le marché de la location classique, le groupe Dream Yacht affiche des ambitions de croissance rapide sur le secteur des boat clubs. "L'objectif à l'horizon d'une saison est de passer de quelques dizaines de bases à quelques centaines pour l'an 2 puis quelques milliers" affirme Loïc Bonnet, le fondateur de Dream Yacht Charter. "D'ici 2 ans, nous aurons des boat clubs dans toutes les bases de location de Dream Yacht. Le développement naturel passe par les concessionnaires du réseau Zodiac, mais aussi les loueurs et les métiers de service du nautisme."

Un réseau de franchisé

La croissance du Dream Boat Club s'appuie sur le modèle des franchises. Le propriétaire de base signe un contrat avec Dream Yacht qui lui fournit la PLV et l'assistance marketing. Pour la gestion des contrats avec les plaisanciers, le groupe s'appuiera sur la technologie développée par la plateforme de location sur internet Samboat, récemment rachetée. Un cadre est fixé avec les franchisés, imposant une flotte de bateaux dédiés aux boat clubs, avec des marques et des modèles imposés avec leurs spécifications techniques. Le mix est d'environ 75% de semi-rigides et 25% de bateaux à moteur à coque rigide. "Les bases choisissent leurs bateaux dans la gamme Zodiac, les Jeanneau Cap Camarat et Merry Fisher et les Flyer de Bénéteau, avec des spécifications définies. Les options sont celles qui servent au plaisancier et pour la maintenance. On fournit l'assistance, charge au franchisé de vendre l'offre Dream Boat Club." explique Loïc Bonnet.

Un ciblage urbain

L'usager du boat club est finalement assez sédentaire. Il faut donc positionner les bases proches de son lieu de navigation habituel. "Le système d'échange entre les bases est un plus, mais on adhère d'abord pour faire du bateau près de chez soi. C'est pour cela que l'agglomération en bord de mer est une bonne cible. La côte méditerranéenne en France, en Espagne et en Italie, avec son maillage urbain est très pertinente." confirme Loïc Bonnet.

Quel modèle pour le Boat Club voile ?

Dream Boat Club est pour le moment exclusivement dédié aux bateaux à moteur. La voile fait-elle partie des axes de développement? "Il n'y a pas de raison qu'on ne le fasse pas, mais pas tout de suite." répond Loïc Bonnet. Cela pose encore pas mal de questions. Notamment, faut-il un seul boat club ou deux séparés avec des passerelles ? Entre les loueurs comme Dream Yacht et les constructeurs comme Bénéteau, chacun doit encore trouver son modèle économique.

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
Recevoir toute l'actualité avec Boatindustry Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR BOATINDUSTRY

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir gratuitement l'actualité nautique RECEVOIR BOATINDUSTRY