BoatIndustry.com
Magazine des professionnels du nautisme

Face au succès du Bihan 6.50, Marine Composite s'offre un nouvel atelier

Le chantier Marine Composite va déménager pour faire face à la demande de ses dayboats Bihan 6.50. L'occasion d'une modernisation nécessaire pour un chantier en croissance, explique Bertrand Aumont, adjoint du directeur de l'entreprise, Bernard d'Assignies.

Chantier Marine Composite
Le

De nouveaux bâtiments

Le chantier Marine Composite était jusqu'à maintenant installé dans un atelier de 500 m², sur 1 000 m² de terrain, sur le port du Crouesty, dans le Morbihan. Toujours dans la commune bretonne, il lance un projet de nouveaux bâtiments. Sur le terrain de 3000 m² qu'il vient d'acquérir, il projette de construire un plateau technique de 850 m² couverts. Marine Composite envisage d'emménager dans ses nouveaux locaux à la fin de l'année 2018.

Les locaux actuels de Marine Composite

De meilleures conditions de travail

Les bâtiments actuels n'ont pas été conçus pour la construction navale. Avec son nouvel atelier, spécialement imaginé pour son activité, Marine Composite bénéficiera de locaux adaptés. Des espaces spécifiques pour l'infusion des coques et la peinture seront prévus. Une réflexion sur l'organisation de la production et les flux est mené en amont. Cela devrait permettre d'améliorer les conditions de travail et d'accueil des clients. "Pour l'instant, c'est un peu la crise du logement !" s'exclame Bertrand Aumont, adjoint du gérant de Marine Composite. " La nouvelle organisation nous permettra de gagner en qualité et en efficacité. Avec plus d'espace, le stockage sera facilité et la visibilité améliorée."

Infusion dans les locaux actuels de Marine Composite

Faire face au succès du Bihan 6.50

Le projet de déménagement était déjà dans les cartons, mais s'est accéléré avec le succès du Bihan 6.50. Le petit voilier dayboat, conçu par le cabinet Finot-Conq, a été vendu à 18 exemplaires depuis son lancement en 2015. " Cela a clairement tiré le chantier vers le haut, même si avant cela, nous avions déjà vendu 80 gazelles sur 12 ans." explique Bertrand Aumont. " Le chiffre d'affaires a doublé en deux ans pour atteindre 750 000 €. Nous sommes actuellement 6 personnes. L'activité se répartit en part de temps égale entre la construction neuve et la réparation de bateaux. En revanche, les voiliers neufs représentent 2/3 du chiffre d'affaires. L'important pour nous est de continuer à vivre sur ces deux pieds de la construction et de la réparation, cela assure une bonne répartition du travail dans l'année."

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Recevoir toute l'actualité avec Boatindustry Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR BOATINDUSTRY

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir gratuitement l'actualité nautique RECEVOIR BOATINDUSTRY