BoatIndustry.com
Magazine des professionnels du nautisme

Interview : Pour NKE, le futur, c'est l'asservissement des foils et des voiles

Paul Fraisse, directeur du spécialiste de l'électronique marine NKE, explique à BoatIndustry.com les recherches technologiques futures et en cours de l'entreprise et ses perspectives de développement commercial.

Paul Fraisse, directeur de NKE Marine Electronics
Le

NKE Marine Electronics est une petite entité face aux poids lourds de l'électronique marine. Pouvez-vous nous donner quelques chiffres pour vous situer ?

NKE Marine Electronics fait partie du groupe NKE, fabricant d'instruments électroniques de mesure. L'entité marine regroupe 15 personnes à Hennebont et réalise 2 M€ de chiffre d'affaires annuel. Nous fabriquons nos propres capteurs et développons la totalité des produits.

Quels sont vos principaux marchés et ceux que vous souhaitez développer ?

Nous sommes aujourd'hui présents sur 3 créneaux. La course au large représente 50% de notre activité, la régate 20% et la croisière 30%. Même si nous équipons d'origine les bateaux de quelques chantiers de niche comme JPK ou Boréal, nos clients croisière sont en général des plaisanciers qui partent en voyage autour du monde. Nous souhaitons développer ce marché en insistant sur notre réseau de distributeurs intégrateurs à l'étranger et sur notre dispositif de télémaintenance à distance qui nous permet d'intervenir sur le matériel depuis Hennebont, en cas de panne. Chaque client NKE a le téléphone de 2 interlocuteurs clairement identifiés pour la maintenance, et non celui d'une plateforme téléphonique. Nous travaillons également à créer le lien avec notre client, qui vient visiter la société avant la livraison du produit, à l'image de ce que font les chantiers ou les voileries.

Nous voulons aussi développer la clientèle pour la régate classique, où la qualité de nos capteurs permet de très bonnes performances.

Les processeurs Régate NKE

Quelles sont les principales évolutions technologiques en cours chez NKE Marine Electronics ?

L'enjeu principal actuellement est le débruitage des capteurs. Il s'agit de nettoyer les données de vent reçues pour enlever les effets dus aux mouvement de gite, de tangage ou de lacet du bateau, afin d'obtenir la vraie vitesse et la vraie direction du vent réel. C'est la qualité de cette information, récupérée à une fréquence plus élevée que la concurrence, qui permet la performance des pilotes automatiques NKE avec de la mer et du vent changeant. Les développements, quasi sans limite de prix pour la course au large, nous permettent aujourd'hui de transcrire progressivement ces technologies pour la croisière, à des prix plus contenus.

Nous allons également proposer de nouveaux afficheurs au Nautic 2017.

Penons électroniques de Mer Agitée sur lesquels travaille NKE

En dehors du pilote automatique et de l'électronique actuelle, quels sont les futurs domaines de développement pour NKE ?

Le foil est ce qui change le mode de naviguer actuellement. L'enjeu est évidemment de pouvoir les asservir. Réussir à aller en ligne droite par mer plate ne nécessite pas de grosses connaissances en électronique. En revanche, NKE a les connaissances liées aux pilote automatiques pour traiter les effets liés à la mer et aux mouvements du bateau, qui permettront de voler au large.

Nous travaillons également avec Mer Agitée sur ses penons électroniques. De tels capteurs peuvent servir pour afficher les données de réglage sur un superyacht dont l'équipage ne voit pas les voiles. On peut également imaginer un asservissement du réglage des voiles pour un fonctionnement automatique.

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Recevoir toute l'actualité avec Boatindustry Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR BOATINDUSTRY

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir gratuitement l'actualité nautique RECEVOIR BOATINDUSTRY